TOUS DES FOUS !

TOUS DES FOUS !
LA TREMBLOTTE NOUS PROTEGE...

lundi 8 août 2016

L’Incroyable Affaire Faurisson...


 
 
 
 
 
 
 
(deux éditions en 1982 ; ici, 3ème édition  revue et corrigée en 2014)

Présentation du 5 juillet 2014  

Parmi les nombreux procès intentés au professeur Robert Faurisson le plus important par son étendue et ses conséquences a été celui qui s’est achevé avec l’arrêt, mémorable en tout point, du 26 avril 1983, dont il n’est pas exagéré de dire qu’il a marqué, pour la LICRA (anciennement LICA) et pour pléthore d’associations juives et autres, une cuisante défaite.
 
C’est en raison précisément de cette défaite que les adversaires du professeur se sont alors attelés à la préparation d’une loi, spéciale et exceptionnelle, qui, sept années plus tard, le 13 juillet 1990, tout bonnement punira « ceux qui auront contesté […] l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité » tels que définis et punis avant tout, en 1945-1946, par le Tribunal militaire international (TMI) de Nuremberg où les vainqueurs ont jugé leur vaincu : l’Allemagne nationale-socialiste.
 
 Cette législation aberrante porte couramment la dénomination de « loi Faurisson » ou de « loi Fabius-Gayssot » (voy. Eric Delcroix, La Police de la pensée contre le Révisionnisme / Du jugement de Nuremberg à la loi Fabius-Gayssot, diffusion R.H.R., 1994, La Sfinge, Rome, 2006, 128 p.). Laurent Fabius, catholique non pratiquant d’origine juive, richissime sommité du Parti socialiste, était à l’époque président de l’Assemblée nationale tandis que Jean-Claude Gayssot était député stalinien de la région parisienne.

En 1982, dans ses deux premières éditions, dues à La Vieille Taupe – c’est-à-dire à Pierre Guillaume –, L’Incroyable Affaire Faurisson se présentait sous la forme d’une plaquette de 80 pages, signée « Le Citoyen ». La couverture portait ironiquement : Les Petits Suppléments au Guide des droits des victimes, N° 1, L’Incroyable Affaire Faurisson.
 
 En page 3 se lisait : Supplément N° 1 / « Du vrai et du faux dans une très singulière controverse civile » ; puis était annoncée la présentation (p. 5-22), intitulée : « Nous n’irons plus au bois » et signée « Dagobert » (en fait, trois universitaires : Marc Rouanet, Jean-Louis Tristani et un anonyme). Etaient également annoncées d’abord les conclusions déposées par les intimées, au nombre de onze à commencer par la LICRA (p. 25-32), puis les conclusions de R. Faurisson (p. 33-76). Les trois pages finales (77-80) présentaient deux documents et une bibliographie. 
 
 
Le lecteur désireux d’aller tout de suite à l’essentiel peut limiter la lecture aux pages 25-32 et 33-76. Il mesurera la légèreté de l’accusation et le sérieux des arguments de la défense.
 
 
La présente édition, revue et corrigée, date de 2014, étant entendu que les dernières corrections apportées au texte datent, elles, du 5 juillet 2014. Il s’est donc passé 32 années, soit peu ou prou le temps d’une génération, depuis la première parution de cet opuscule d’apparence modeste mais de grande importance pour l’histoire du révisionnisme.
 
On n’imagine pas aujourd’hui avec quelle assurance régnait encore en 1982, malgré les remarquables travaux de Paul Rassinier, la conviction, totalement infondée, selon laquelle l’extermination physique des juifs et les chambres à gaz nazies avaient réellement existé. Certes un coup de boutoir avait été porté à cette conviction générale d’abord en 1978-1979 avec l’apparition dans le journal Le Monde d’une vive controverse autour des découvertes et des arguments du professeur Faurisson.
 
Auparavant, le 19 mars 1976, ce dernier avait découvert les plans, soigneusement cachés depuis 1945, des crématoires d’Auschwitz et de Birkenau censés contenir des chambres à gaz homicides.
 
Or ces plans montraient à l’évidence qu’en fait de monstrueux abattoirs chimiques, les bâtiments de crémation n’avaient en réalité compté, à côté d’une salle des fours, que d’inoffensives salles, dites « dépositoires », où étaient entreposés les cadavres en attente d’incinération ; en allemand, ces salles, selon qu’elles étaient au niveau du sol ou semi-enterrées pour leur assurer une relative fraîcheur pendant l’été, s’appelaient « Leichenhalle » ou « Leichenkeller ».
 
Grâce à la découverte de ces plans et grâce à ses constatations, in situ, à Auschwitz et à Birkenau, démontrant l’impossibilité d’existence et de fonctionnement de toute chambre à gaz homicide en ces lieux, le professeur avait sérieusement décontenancé ceux qu’il appelait « les historiens de papier ».
 
 
Certes, en 1980, l’ouvrage de Serge Thion, Vérité historique ou vérité politique ? / Le dossier de l’affaire Faurisson / La question des chambres à gaz allait, à son tour, vivement troubler le monde de la recherche historiographique. Certes, toujours en 1980, R. Faurisson allait répliquer à ses adversaires par son Mémoire en défense contre ceux qui m’accusent d’avoir falsifié l’histoire.
 
 Mais il est probable que ce qui a définitivement rivé leur clou aux tenants de l’histoire officielle est ce modeste opuscule de 1982 où, aidé de ses amis, R. Faurisson a développé dans ses propres conclusions pour les magistrats de la Cour d’appel de Paris (1ère chambre, section A, président François Grégoire) une argumentation historique, scientifique et juridique d’une telle pertinence et d’une telle méticulosité que les dignes magistrats, dans leur arrêt du 26 avril 1983, allaient, en particulier, admettre qu’ils n’avaient trouvé dans les écrits ou les déclarations du professeur sur « le problème des chambres à gaz » aucune trace de ce que ses adversaires avaient cru y déceler.
 
 Pour eux, ils ne voyaient, dans les écrits de R. Faurisson sur le sujet, pas la moindre trace 1) de légèreté, 2) de négligence, 3) d’ignorance délibérée, 4) de mensonge et ils en concluaient  que tout le monde devait en conséquence se voir reconnaître éventuellement le droit de lui donner raison sur ce « problème » ; en propres termes ils allaient jusqu’à conclure : « La valeur des conclusions défendues par M. Faurisson [quant au problème de l’existence des chambres à gaz nazies] relève donc [souligné par nous] de la seule appréciation des experts, des historiens et du public ».
 
Toutefois, courageux mais non héroïques, ces mêmes magistrats allaient assortir leur arrêt d’une restriction sur le caractère peut-être malveillant (?) du professeur et condamner ce dernier mais non pour « dommage à autrui par falsification de l’histoire » comme l’espéraient tant les plaignants.
 
 
A vrai dire, jamais depuis cet arrêt du 26 avril 1983 les adversaires du professeur ne se sont remis d’une telle défaite. Jamais, au grand jamais, malgré un flot de nouvelles tentatives pendant une trentaine d’années, ils n’ont pu obtenir des magistrats une quelconque condamnation de Faurisson pour falsification de l’histoire ou pour un quelconque faux.
 
 La dernière tentative en ce sens a été celle de Robert Badinter. Mal en a pris à l’ancien avocat, à l’ancien ministre de la Justice et Garde des Sceaux. L’arrogant personnage allait, en 2006, se vanter d’avoir personnellement fait condamner en juillet 1981 « Faurisson, pour être un faussaire de l’histoire » (sic). Poursuivi en justice, il allait en 2007 offrir à la XVIIechambre du tribunal correctionnel de Paris le spectacle d’un misérable potache pris en flagrant délit de tricherie.
 
 Dans un jugement rendu le 21 mai 2007 on pouvait lire, à la page 16 du texte, que R. Badinter avait tout bonnement « échoué en son offre de preuve ». Mais attention ! Dans son extrême indulgence pour le personnage, le tribunal lui accordait le bénéfice de la bonne foi (!) et condamnait Faurisson à verser 5 000 € au millionnaire. Depuis lors, se gardant d’interjeter appel, le professeur s’accorde la satisfaction d’appeler Robert Badinter, « mon menteur, mon diffamateur … de bonne foi ».

Au cours des trois dernières décennies et, par pans entiers, l’édifice du Grand Mensonge est allé se dégradant et, sur le plan strictement historique et scientifique, il s’est finalement effondré.
 
 Plus personne, sur ce plan-là, ne peut prétendre détenir la moindre preuve de l’existence et du fonctionnement ne fût-ce que d’une seule chambre à gaz nazie (voy. « Les Victoires du révisionnisme (suite) » du 11 septembre 2011). Plus personne n’est en mesure, « malgré les recherches les plus érudites » (Raymond Aron en accord avec François Furet, le 2 juillet 1982), d’affirmer que nous possédons la preuve qu’un ordre ait été donné soit aux Einsatzgruppen soit à d’autres instances policières ou militaires par une quelconque autorité du IIIe Reich d’exterminer physiquement les juifs.
 
 
 Les Allemands n’ont jamais préconisé « la solution finale de la question juive » au sens d’une extermination physique mais ils ont simplement recherché « une solution finale territoriale de la question juive » : « eine territoriale Endlösung der Judenfrage » ; autrement dit, ils voulaient éloigner les juifs de « l’espace vital allemand » et les contraindre à s’établir dans un territoire qui aurait pu, comme l’envisageaient parfois les sionistes eux-mêmes, se situer à Madagascar, en Ouganda, en Argentine, en Russie ou ailleurs mais non en Palestine, et cela « à cause du noble et vaillant peuple arabe » (voy. « Heinrich Himmler et les juifs » du 16 juillet 2012). 

Aujourd’hui, en 2014, le Mythe ne tient plus que par les artifices de la Propagande, de la Mémoire, de la Croyance religieuse et de la Répression.

A l’avenir, aucun historien ne pourra écrire une histoire de « l’Holocauste » sans mentionner à sa juste place cet opuscule, modeste par ses dimensions mais si redoutablement efficace par ses conséquences historiques. Et cela d’autant plus que, grâce à l’invention d’Internet, cette troisième et dernière édition de 2014 a pu s’enrichir de « liens » qui, au prix d’un simple clic, permettent au lecteur d’aujourd’hui d’élargir considérablement le champ de sa vision et de prendre la mesure de la victoire du révisionnisme sur le plan strictement historique et scientifique.

5 juillet 2014


NB : Pour le texte intégral de l'opuscule de 1982, y compris cette « présentation » du 5 juillet 2014, voyez  http://robertfaurisson.blogspot.fr/1982/09/lincroyable-affaire-faurisson.html.
 
 


Les Survivants Allemands des Atrocités commises par les Alliés - Partie3


 
 
 


Les Survivants Allemands des Atrocités commises par les Alliés,
L'Histoire Allemande racontée par les Allemands.
 
Interview de Christian Jürgen Klein par Diane King
 
Témoignage d'un Allemand de souche Schliessen en Silésie (aujourd'hui la Pologne bien que toujours considérée comme faisant partie de l'Allemagne de l'Est par ceux qui ont vécu là-bas), survivant du VRAI Holocauste et des nombreuses atrocités commises par les Alliés, mais tout particulièrement par les Soviétiques. Les Allemands, chassés de leurs maisons ancestrales, partis à la recherche d’un nouveau havre de paix quelque part dans le "monde libre", retrouveraient-ils le bonheur comme ils l'espéraient ?
 
Des décennies de propagande et de mensonges anti-allemands ont fait leur œuvre et ont permis la destruction totale du Reich allemand et la mort ou la déportation de la quasi-totalité de ses civils et militaires. Alors combien de temps encore durera cette volonté de VENGEANCE des peuples "démocrates"™ sur les survivants allemands ? Combien de temps attendre encore afin que cesse cette rage et cette haine généralisée envers les Allemands, toutes deux nourries pour promouvoir indéfiniment les mensonges de l’histoire officielle™ ? Ce n’est pas quelques exactions commises par certains éléments du régime National-Socialiste qui peuvent justifier un tel traitement inhumain sur tout un peuple et pendant si longtemps.
 
70 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, les témoignages de survivants allemands sont rares car la flamme "démocratique""anti-Nazis"™ est toujours vivace et consume tous ceux qui osent parler. A l’inverse, les témoignages de juifs ou autres ayant survécus sont légions et se comptent en dizaines de milliers, il est simplement curieux de remarquer que parmi tous les récits rapportés, seule une poignée d’entre eux ont été sélectionnés afin de représenter la version officielle™. Qu’en est-il donc de ces dizaines de milliers d’autres témoins qui racontent une toute autre version que celle estampillée "incontestable"™ lors du "procès de Nuremberg"™ ?
 
Techniquement, le mythe de la "shoah"™ a déjà été totalement réduit à néant. Avec ces courageux témoignages de survivants Allemands, les "démocraties" ™ du "monde libre" voient la "dette éternelle" imposée aux Allemands par les juifs du monde être remise en cause un peu plus chaque jours.
 
Jürgen vit à l'Est de Toronto à Scarborough.

 MERCI, JÜRGEN POUR CETTE INTERVIEW CAPITALE.
 
 
La retranscription de l'interview de Christian Jürgen Klein par Diane King est disponible ici.
 
 
 
 
******
 
 
Interview de Rosemarie Rohrbach par Diane King
 
Rosie est née à Cologne, en Allemagne lors d'un raid de bombardement sur la ville.
Quand l'Allemagne fut vaincue, sa famille fut dispersée autour du Reich, les Alliés ont divisé, torturé, assassiné, puis expulsé les Allemands par millions de leur pays d'origine.
Rosie et sa famille ont pu partir au Canada et pour elle, c’est un bouleversement quand elle apprend que la diabolisation imposée à sa famille et au peuple allemand était elle-même diabolique et qu'elle était fondée sur des histoires et des mensonges fabriqués.
 
 
La retranscription de l'interview de Rosemarie Rohrbach par Diane King est disponible ici.
 
 
 
******
 
 
 
Interview de Charlotte, Helga et Hans par Diane King
 
"Les juifs ont connu un succès remarquable, grâce au contrôle important qu'ils exercent sur la plupart des médias de masse et Hollywood, où ils n'ont de cesse de raconter leurs histoires tribales sur la Seconde Guerre mondiale, souvent étiquetées "holocauste" ™.
 
L'un des principes de la nouvelle religion de l'"holocauste" ™ est que ce qui est arrivé aux juifs pendant la Seconde Guerre mondiale fût la "pire" atrocité dans l'histoire de l'humanité. Pourtant, toujours au 20ème siècle, Staline a exterminé 8 à 10 millions d'Ukrainiens par la famine en 1932-33 dans ce qui est appelé "Holodomor".
 
 De toute évidence, 8 à 10 millions c'est beaucoup plus que ce chiffre de 6 millions ™ de morts juifs qui d’ailleurs est totalement infondé et tout à fait exagéré. 500.000 juifs seraient morts durant la seconde guerre mondiale, ce qui n’est pas rien mais ce qui n’est pas non plus "Le Crime de Lumière"™, ni une "extermination systématique des juifs"™.
 
A la fin de la seconde guerre mondiale, après que des centaines de milliers de civils allemands périrent sous les tapis de bombes des "libérateurs", après l’internement massif des soldats allemands dans des camps ou leurs conditions de détention n’étaient pas régies par les lois de la guerre et où tout était permis, l’horreur de ce nettoyage ethnique a continué avec l’expulsion de 16 millions sur 17 millions d'Allemands de souche de leurs terres ancestrales dans la région des Sudètes, la Prusse Orientale, la Poméranie, la Silésie, les terres des Souabes du Danube et autres. Sans compter les 3 millions de morts de maladie, de froid ou assassinés lors de la fuite des Allemands devant l’arrivée des Russes ou des Alliés…
 
Même les mornes diplômés des écoles secondaires canadiennes savent que Hitler a prétendument tué 6 millions ™ de juifs, mais ils pourraient être désemparés quant à combien de Canadiens sont morts dans la Première Guerre mondiale (60.000). Le temps est venu de sortir de la tyrannie de l'histoire de la tribu juive, de ne plus l'adopter comme étant la nôtre et de commencer à raconter nos propres histoires. Le temps est maintenant venu à la tribu allemande de raconter SON histoire."''

 Paul Fromm - Ancien professeur en Ontario il est directeur du groupe international américain "Nationaliste Blanc".
 
 
La retranscription de l'interview de Charlotte, Helga et Hans par Diane King est disponible ici.
 
 


******


 
Jim Rizoli et Diane King
Toronto, Canada
12 au 16 juillet 2016

 
Nous tenons à remercier Karin Manion, Rose Marie Rohrbach, et Christian Jürgen Klein, nos astucieux et chers amis de Toronto qui nous ont aidés à rencontrer d'autres survivants pour ces entretiens.
 
Jim Rizoli était à Toronto, en ce mois de juillet 2016, accompagné de son assistante Diane King afin d'interviewer des Allemands qui ont survécu au véritable Holocauste, ceux-là même qui ont été chassés de leur pays et se sont retrouvés dans des camps d'internement horribles, dirigés par les Russes, les Américains et les Britanniques.
 
Certaines histoires relatées par les survivants allemands ouvrent véritablement les yeux sur le cynisme des Alliés et des Russes qui ont fait 100 fois pire que ce qu’ils reprochent encore aujourd’hui aux Nationaux-Socialistes et à Hitler.
 
Une survivante raconte comment, durant une longue marche dans un hiver glacial, elle et d’autres ont subit des bombardements Russes alors qu'ils fuyaient les mitraillages Russes.
 
Pourtant, il ne faut pas oublier que la guerre était perdue pour les Allemands et bientôt finie. Les Alliés et les Russes prenaient tout simplement du plaisir à tuer des gens pour le sport. Cela va vous faire frissonner d'horreur de voir comment les Alliés, ou plutôt les "libérateurs", se sont vraiment comportés !
 
 
Sous les bombardements de terreur, les civils allemands de plus de 160 villes ont été bien moins chanceux que les juifs, dont la grande majorité a survécu à la guerre, soit parce qu’ils avaient émigré en Amérique, en Israël ou n’importe où en dehors du Reich, le reste d’entre eux étant protégés dans les camps de travaux gérés par les Allemands. Ces camps ne subirent des pertes humaines importantes, en 1945, qu’à cause des bombardements alliés qui avaient détruits les voies d’approvisionnement en nourriture, eau et médicaments.
 
Des allemands témoignent qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les juifs qui se trouvaient parmi eux avaient un statut spécial. Tandis que les Allemands de souche étaient chassés de leurs maisons, les maisons qui n'avaient pas été brûlées entièrement, ni été détruites par les bombardements alliés étaient allouées à des juifs.
 
À la fin de la guerre, les juifs ont volé tout ce qu’ils voulaient, ils étaient intouchables et pouvaient piller et prendre tous les biens du peuple allemand qui avait tout laissé derrière lui dans sa fuite pour sauver sa vie. Beaucoup de ces Allemands ont été arrêtés et parqués hors de la ville ou envoyés dans les camps soviétiques dans les régions de l'Est.
 
 
Il y avait moins de 400,000 juifs en Allemagne au début de la guerre, d’aucuns prétendent pourtant que 6 millions™ d'entre eux sont morts dans les camps et que 4 millions d'entre eux auraient survécu, ceux là même qui après la guerre n’ont pas traîné pour demander réparations aux Allemands. La "shoah"™ est donc un génocide total qui comporte néanmoins un reliquat de survivants assez important et qui ne cesse d’augmenter. 70 ans plus tard le cirque des réparations continue encore et toujours.
 
Pourquoi les Allemands n'ont-ils pu revendiquer leurs biens après la guerre, comme les juifs ont été en mesure de le faire ? La réponse est évidente, d’un côté le peuple autoproclamé "élu"™ de Dieu et de l’autre, la "bête immonde"™ , les non humains allemands qu’il faut faire disparaître de la terre à tout prix et sans pitié.
 
Intéressant, n'est-ce pas, que vous n'ayez jamais entendu parler de la souffrance allemande ? 
 
Les jeux vidéo d’aujourd’hui sont nombreux à mettre en scène les "gentils Alliés" tuant et massacrant des "boches", militaires et civils confondus, pour sauver la "démocratie".
 
Ajoutez à cela les médias "d’informations", les cours "d’histoire à l’école", les documentaires, les livres, les films et séries sur la "barbarie nazie™", les sites Internet…, et vous obtiendrez au final une propagande anti-Nazis™ compacte et incontournable, omniprésente partout 24h/24 et 7j/7.
 
Le but est de faire propager indéfiniment un sentiment de haine envers les Nationaux-Socialistes et surtout de cacher les véritables responsables de la Deuxième Guerre Mondiale et leurs exactions et leurs bombardements massifs sur les civils.
 
 
En 2016, nous savons maintenant que moins de 500.000 personnes sont mortes dans l'ensemble de tous les camps allemands, en tous lieux et toutes causes confondues, et la moitié d'entre eux était PEUT-ÊTRE des juifs.
 
Cette histoire de "six millions"™ de juifs morts n'est qu'une fable, et comme dit le professeur Faurisson :
 
"Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière dont les principaux bénéficiaires sont l’État d'Israël et le sionisme international et dont les principales victimes sont le peuple allemand – pas ses dirigeants – et le peuple palestinien tout entier."
 
Les vraies victimes de l'Holocauste sont belles et bien les Allemands et tous ceux qui ont été forcés de fuir devant les violeurs, les assassins Russes et les Alliés et leur tapis de bombes. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, ce qui est arrivé aux Allemands EST un véritable nettoyage ethnique que les juifs veulent pouvoir continuer à cacher au public de toutes leurs forces !
 
Merci aux écrivains courageux qui se sont penchés sur cette face cachée de notre histoire et dont les livres retracent les souffrances de ce peuple généreux, beau et intelligent, tel que "Tempête Infernale" de Thomas Goodrich, et "Autres Pertes" de James Bacque, (pour ne citer que ces deux là).
 
Donc, ne croyez pas aveuglément ce qu'ils vous disent au sujet de la "souffrance" des juifs car leur souffrance n'est en aucune façon comparable à la souffrance des Allemands, dont la voix fut et est encore muselée.
 
Aujourd’hui, nous tentons de redonner au peuple allemand sa voix, s'il vous-plaît, aidez-nous à faire entendre la voix des Allemands autour de vous !
 
14/88
 
 


Merkel doit dégager !


Source : Thomas Müller et WFD
 
 
 
 
 
 
Discours d'une patriote allemande à Berlin, le 30 juillet 2016.
 
Merkel a les mains tâchées du sang de toutes ces agressions, de tous ces viols et de tous les actes terroristes qui se sont produits ces dernières années en Allemagne !
 
Elle et sa clique sont de véritables criminels !

 
 
Ils doivent être jugés et condamnés pour haute trahison envers la patrie germanique, ainsi que tous les autres chefs et membres des gouvernements qui se sont rendus coupables de haute trahison envers leurs patries !
 
 
 
 
 
Julia finit son discours sur les mots suivants:
S'il vous plaît, ne fermez pas les yeux sur ce qui se passe dans notre pays. Prenez soin les uns des autres et protégez-vous les uns les autres. Nous ne sommes pas juste une ville. 
Non, nous sommes une Allemagne, et nous sommes un peuple. Et seulement si nous nous tenons ensemble nous pouvons faire la différence et être forts ensemble. 
Et aux gratte-papiers : rapportez tout ceci en toute honnêteté, et aux bien-pensants : quand vos filles seront violées, vos enfants frappés à mort, quand vos maisons seront pillées, quand vos églises seront détruites par le feu, et que vous serez sur le point de vous faire décapiter, alors il y a une chose dont vous devez vous souvenir : "Nous sommes tolérants, nous sommes gauchistes, nous sommes multicolores, nous ne sommes pas Nazis™, nous sommes bons." 
Merci Berlin !

 
 
La retranscription du Discours de Julia Schwarze est disponible ici.
 
 
N'hésitez pas à re-uploader cette vidéo partout sur Internet !
 
 
 
 
 
 


A bord du Mig-29 "Fulcrum" - Le F-16 russe !


Source : TheSkyline35
 
 
 
 
 
 
POUR LA PROCHAINE FOIS : DES WARBIRDS !!!!

J'ai passé plus de temps sur cet épisode, j’espère qu'il va vous plaire !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



Scott Makufka alias Victor Thorn est mort. Repose en paix...(R.I.P.)


 
 
 
Scott Makufka, alias " Victor Thorn "
 
 
Après Michael Collins Piper , c'est Scott Makufka, plus connu sous son nom de plume "Victor Thorn", qui est retrouvé mort chez lui (mort par balles).
 
 Les journalistes combattant pour la vérité et la liberté, aux Etats-Unis, sont éliminés les uns après les autres. Leurs travaux ont entre autres permis de suffisamment déstabiliser les Clinton pour que ces derniers en viennent à les éliminer.
 
 
Laissant dans son sillage un chemin constellé de cadavres, la machine Clinton continue de plus belle sur sa lancée. Alors même que se déroule la course de Hillary pour la Maison Blanche, en l'espace de  deux jours, deux militants anti-Clinton "notables" sont morts dans des circonstances mystérieuses.
 

Chercheur réputé et écrivain pour American Free Press (AFP), Victor Thorn, dont le nom de naissance était Scott Robert Makufka, a été retrouvé mort d'une blessure par balle, près de son domicile le 1er Août . C'était son anniversaire, et il aurait eu 54-ans. Interrogée sur la mort de Thorn,  la police du " State College of Pennsylvania " a dit à l'AFP que "quelque chose était arrivé», mais a refusé de confirmer l'identité de la victime elle-même. Maintenant, quatre jours plus tard, aucune information supplémentaire n'a été publiée, ni une seule nécrologie n'a fait surface en ligne.
 
 
Mieux connu pour ses travaux d'enquête sur les Clinton, Thorn a écrit les " Clinton Trilogie " - trois œuvres définitives, qui ont fouillé dans l'histoire du puissant couple , y compris leurs scandales sordides, les agressions sexuelles de Bill Clinton de plusieurs femmes, et le trafic de drogue de Mena, Arkansas, alors que Clinton était gouverneur de l'Etat.
 
 
 
 


L’état de la France : où nous mènent « ces messieurs » ? Par Roger Holeindre


 
 
 
 
 
 
 Visitez le site du Cercle de l’Aréopage :
http://cercleareopage.org

Conférence au Cercle de l'Aréopage:
L’état de la France: où nous mènent « ces messieurs » ?
Par Roger Holeindre

Retrouvez les évènements du Cercle :
http://cercleareopage.org/conf%C3%A9r...

Lisez La Relance de la Tradition: Notes sur la situation de l'Église
Broché:

http://www.amazon.fr/Relance-Traditio...édition-situation/dp/1530332982
 
 
 
 
 


La shoah pour les nuls / The holocaust for dummies


 
 
 
 
 
La shoah pour les nuls

 Pour les anglophones, DIDI18 reprend les vidéos de la chaine "la shoah pour les nuls" et les traduit en anglais.
 
Les premières vidéos de la série "the holocaust for dummies" sont disponibles ici et le dossier sera complété au fur et à mesure.
 
 
The holocaust for dummies

 For English speakers, DIDI18 is publishing videos from the channel "La Shoah pour les Nuls" (the Holocaust for Dummies) and translated them into English.
 
The first video of "the Holocaust for dummies" series are available here and the file will be completed progressively.